top of page

10 faits étranges sur les pointes

À la fin du 18e siècle, le monde du ballet a décidé que les danseuses devaient avoir l'air éthérée, semblable à une sylphide, comme si elles pouvaient voler. Un homme de théâtre du nom de Charles Didelot a inventé un mécanisme de vol, via un harnais et des poulies, qui permettait aux danseurs de se lever jusqu'à la pointe des pieds avant de devenir entièrement aériens, flottant sur la scène comme un esprit. Le public en veut plus. Les chorégraphes ont donc intégré cette philosophie dans leur travail, même s'il n'existait aucune chaussure pour aider la femme à atteindre cet endroit au sommet du pied.

Or, en 1823, la danseuse italienne Amalia Brugnoli réussit à s'élever jusqu'au bout des pieds en force brute, dans La Fée et le Chevalier d'Armand Vestris. Dans ses chaussons en satin à bout carré, ce sont ses orteils qui faisaient tout le travail, et cela devait probablement être très inconfortable. Mais cela donne des idées à Marie Taglioni, et en 1832, elle devient la première à danser officiellement en pointe dans son rôle principal dans le ballet La Sylphide. Elle avait fortifié ses chaussons en satin avec des semelles en cuir, raccommodant les côtés et les orteils pour créer une petite boîte à la base des orteils et bourrant les pointes avec un petit coussin.

Et c'est ainsi que tout a commencé. Amalia Brugnoli, Marie Taglioni, Pierina Legnati, Anna Pavlova : ces pionnières des chaussons de pointe nous ont orientés vers le chausson que les danseuses de ballet portent encore aujourd'hui.

Mais vous n'êtes pas venu ici pour un cours d'histoire, n'est-ce pas ? Vous voulez des faits étranges. Alors, voilà.


Dix faits étranges sur les chaussons de pointes


1- Ils font mal aux pieds. Vous pensez probablement "les danseurs professionnels que j'ai vu ont l'air si détendus et souriants. Les chaussons sont probablement aussi confortables et relax que des pantoufles lorsque l'on devient professionnel." Euh, pas vraiment.


2- Ils sont faits à la main, et c'est très cool d'en voir un en cours de fabrication. La boîte du chausson est composée de plusieurs couches de toile de jute, ou de feutre, toutes enduites d'une colle pâteuse. Une image ici vaut mille mots; regardez la vidéo ci-dessous.


3- Ils sont la plus jolie chose au monde quand vous les sortez de la boîte, mais tout à fait dangereux et douloureux à danser, dans cet état.


4- Ils sont chers, en moyenne 80€ à 100€ la paire. Les compagnies de danse professionnelles fournissent des chaussons de pointe à leurs danseurs (80 paires par an en moyenne, ce qui dépend entièrement de la situation financière et du budget de la compagnie. Certaines compagnies ne peuvent offrir que 20 paires par danseuse, tandis que d'autres en proposent 120).


5- Ils sont plus bruyants que vous ne pouvez l'imaginer jusqu'à ce que vous les cassiez. Même dans ce cas, ils peuvent ressembler à des claquettes sur scène. Le danseur doit passer des années à s'entraîner, à apprendre à atterrir d'une manière qui adoucit le son, en utilisant d'abord les orteils et en roulant sur tout le pied. Les atterrissages silencieux sont un art en soi.


6- Les danseurs cassent leurs nouvelles pointes de manière assez violente, notamment en martelant les boîtes, en les claquant contre les murs, en marchant dessus, en fermant une porte dessus, en cassant les tiges, en lacérant les semelles, puis, ironiquement, en versant de la colle ou de la cire à parquet pour les durcir. Comprenez, cependant, qu'ils n'appliquent de la colle / cire à plancher qu'à l'endroit où l'orteil rencontre le sol (le premier endroit qui va et fait mal quand il est mou).


Vous vous souvenez de la vidéo que je vous ai promise ? C'est LA vidéo la plus cool sur la fabrication et la fabrication de pointes, créée et présentée par le Ballet national néerlandais. En l'espace de deux minutes, vous voyez à la fois le fabricant fabriquer la chaussure et la danseuse casser ses chaussons. Super cool!



7- Les pointes ont une durée de vie très courte. Une soirée de spectacle, voire une demi-soirée si votre rôle est exigeant. Parfois, les professionnels cousent leurs rubans sur elle-même, dans le nœud pour fixer les extrémités afin qu'elles ne sortent pas à mi-parcours. Car, à la fin de la nuit, les chaussons sont morts.


8- Il n'y a pas de chausson gauche ou droit. Vous pouvez choisir (mais pas les échanger par la suite). Une astuce, si l'un de vos pieds est légèrement plus grand que l'autre : vous pouvez acheter deux paires et les séparer pour former deux paires aux tailles dépareillées qui conviennent à votre pied.


9- Ils n'ont jamais de rubans cousus lorsque vous les achetez. Vous devez les coudre vous-même, ce qui vous permet de personnaliser précisément l'endroit où le ruban sera cousu. La plupart des danseurs incorporeront également un peu d'élastique dans l'équation. Le temps que les danseurs de ballet professionnels passent à coudre des rubans et des élastiques est considérable.


10- Il existe aujourd'hui plus d'une vingtaine de fabricants de pointes, et chez chaque fabricant, il existe des modèles différents, généralement liés à la forme de la boîte. Ce qui signifie qu'il y a plus de 100 modèles à essayer pour trouver cet ajustement parfait.


Un fait étrange bonus. La fascination et l'obsession des danseurs en herbe pour les pointes ne s'éteindront jamais. Peu importe le coût ou la douleur des chaussons, ou les années de cours nécessaires pour préparer et renforcer les pieds, elles sont le Saint Graal pour beaucoup de danseuses. Pas seulement les jeunes danseuses non plus, maintenant que j'y pense. Pour les danseuses adultes également, regrettant d'avoir laissé passer l'occasion à l'adolescence, lorsqu'elles avaient abandonné le ballet au profit des études.


PS : Si vous avez aimé la vidéo sur la fabrication des pointes et que vous aimeriez voir une version plus longue, voici une magnifique vidéo de 26 minutes sur le sujet. Très instructif et amusant à regarder. https://www.youtube.com/watch?v=RKBTtVTT3qA

0 views0 comments
bottom of page