top of page

10 choses que vous ne saviez pas sur les tutus

Vous voyez des danseurs de ballet professionnels les porter sur scène. Et vous le savez déjà : ils sont beaux, pailletés, aériens, comme des œuvres d'art en mouvement. Mais comme tout ce qui concerne le ballet, l'illusion créée remplace la réalité. Les choses ne sont pas ce qu'elles semblent être dans le monde magique des tutus.

Je n'oublierai jamais la première fois que j'ai mis un tutu. J'avais répété avec un tutu d'entraînement mais le vrai tutu, c'était un tel frisson, un honneur. Et, étonnamment, plutôt inconfortable. Et peut-être un peu l'odeur corporelle des autres qui avaient porté le costume, année après année, avant moi. D'autres, qui avaient transpiré et maculé de maquillage, dans un tissu plutôt grossier contre ma peau. La couturière m'a accroché par derrière - beurk, difficile de respirer - et j'ai été dirigée vers un miroir pendant qu'elle évaluait l'ajustement. Un regard sur mon reflet, le costume dans toute sa splendeur étincelante, et mes plaintes s'éteignirent instantanément.

D'accord. Prêt? Voici dix choses que vous ne saviez probablement pas sur les tutus.


1- Ils sont chers. Une danseuse préprofessionnelle adolescente participant à un concours pourrait payer 1 000 € pour une pièce. Le tutu professionnel moyen coûte environ 2 500 €. Plus de bijoux, de plumes et de paillettes peuvent faire monter le prix encore plus haut. (Un tutu de 10 000 € n'est pas inconnu.) Certes, vous pouvez aller en ligne et en trouver un pour 200 € ou même 20 €. Je dirais simplement ceci: vous en avez pour votre argent.


2- Les danseurs ne portent pas de tutus en cours de ballet. Désolée pour les petites filles. Il fallait d'abord écarter cette mauvaise nouvelle. Les costumes sont réservés aux représentations et aux répétitions générales. Lors des répétitions, cependant, un tutu de pratique sera utilisé, qui est de la même forme/taille que le vrai, ce qui est nécessaire pour que les danseurs s'acclimatent avec leurs partenaires et/ou l'espace autour d'eux, ce qu'ils ressentiront sur scène. Les portés et les pirouettes en couple, par exemple, se ressentent différemment lorsqu'un tutu est impliqué. Surtout pour les hommes, qui, dans un porté, pourraient maintenant avoir beaucoup de tulle sur le visage. La brûlure de tulle n'est pas rare. Et soudain, vous ne pouvez plus vous tenir aussi près de la danseuse tout en l'aidant dans une pirouette. Un gros beignet gonflé autour de sa taille change les règles.


3- Ils sont difficiles et longs à fabriquer. Même lorsqu'ils sont fabriqués par un professionnel, leur fabrication peut prendre jusqu'à trois semaines, soit entre quarante et soixante heures. Les tutus professionnels ont dix à douze couches de tulle cousues (fait intéressant : le Ballet de l'Opéra de Paris utilise treize couches ; en Italie, c'est dix ou moins) et les tutus amateurs, pour des raisons de coût et de temps, ont tendance à avoir six à huit couches.


4- Le tutu lui-même n'est que la jupe poofy. Le corsage est généralement cousu dans la basque; il y a une basque supérieure et une basque inférieure. Un tutu de pratique n'est que la basque basse.


5- Ils ne peuvent pas être lavés. Et certainement pas entre les représentations, parce qu'ils sont si délicats et festonnés avec des pièces scintillantes comme des strass, perles, plumes et paillettes et autres, ils doivent être déconstruits afin de laver séparément le corsage, le corps du tutu sans la couche d'embellissement. Tout cela est un peu une épreuve, et donc le nettoyage des taches doit se faire par petit bout. Bonjour le détachant !


6- Ils ne sont pas particulièrement confortables. Nous ne parlons pas d'un matériau extensible de type Lycra. Le corsage doit être durable et bien ajusté, tandis que la partie inférieure, un peu comme un maillot de bain, sera extensible pour s'adapter aux jambes et à la flexion, etc. Et vous voulez que ce soit un ajustement serré. Ce qui signifie qu'il peut se resserrer autour de votre cage thoracique. On a l'impression de porter un corset. Mais oh, ils sont si beaux. Et lorsqu'ils sont bien ajustés, comme une pointe doit être ajustée, l'effet final est ravissant.

7- Ils utilisent une tonne de tissus. Chaque tutu nécessite environ 100 mètres de tulle. L'embellissement est une couche finale, détachable (si nécessaire), qui est sa propre œuvre d'art, avec des perles, des plumes, de la dentelle, des bijoux, etc.


8- Il existe une demi-douzaine de types de tutus. En voici les principaux :

Romantique (plus long, diaphane, couvre les genoux ; pensez Giselle et Les Sylphides) ; crêpe (ou classique), et houppette.

Il y a aussi la "cloche", mais ce n'est plus si courant (pensez aux peintures de Degas).

Et les tutus « plateau », qui parlent d'eux-mêmes, non ?

Ce que vous voyez habituellement sur scène dans les ballets d'histoires est romantique, si c'est Giselle ou du début au milieu du 19e siècle, et classique si le ballet est né plus tard au 19e siècle.

Dans un tutu classique/crêpe, vous trouverez un cerceau de soutien, un fil à crinoline, pour aider le tutu à conserver sa forme. (Les couches de tulle sont collées à la main pour les garder droites et rigides.) La cloche n'a pas de fil.

L'émigrée russe Barbara Karinska a conçu la houppette pour les danseurs du New York City Ballet de Balanchine. Ancienne brodeuse professionnelle, ses créations étaient des œuvres d'art complexes. Les jupes sont plus courtes, moins de couches, non collées, de sorte que le résultat final est moelleux et autoportant. Karinska a compris que si vous coupiez le tissu des panneaux latéraux du corsage en diagonale, il s'étirerait naturellement et permettrait à la danseuse de mieux respirer. Merci, Barbara Karinska!


9- Un corsage a deux ou trois rangées de crochets dans le dos afin que le costume puisse convenir à plus d'une danseuse. Avec leur coût si élevé, la plupart des compagnies doivent adopter une approche économe : des danseuses partagent le costume, et ils sont rangés et retirés une fois que la compagnie exécute à nouveau le ballet. Il serait beaucoup trop coûteux de recréer des costumes pour chaque première.

The Classical Girl, circa 1984. Kaw Valley Dance Theatre. Photography: Mike Manley.


10- Nettoyer le costume avec de la vodka ? Bien sûr! Un fait amusant que j'ai appris : la vodka agit comme le Febreze pour éliminer les odeurs corporelles dans les tissus, sans cette fausse odeur parfumée. Vous mélangez simplement de la vodka bon marché avec de l'eau (rapport vodka / eau d'environ 70 à 30%) et versez-la dans un flacon pulvérisateur. Vaporisez-le généreusement sur la zone en question. La vodka sèche sans odeur et tue les bactéries responsables des odeurs.


Voici une page Pinterest, avec des tas de tutus, de quoi vous régaler les miretttes : https://www.pinterest.com/mwojdak/tutu/


Et enfin, voici un long métrage à ne pas manquer de l'Australian Ballet sur le tutu :


379 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page