6 conseils pour surmonter les peurs et les blocages mentaux dans le ballet

Qu'il s'agisse d'une pirouette, d'un petit allégro ou d'un double saut de basque, chaque danseur a plus de mal avec certaines choses qu'avec d'autres. Et nous rendons souvent les choses encore plus difficiles avec des pensées d'auto-sabotage. Alors, comment les danseurs surmontent-ils ce cycle et font-ils face à leurs peurs ?


Terry Hyde, est un ancien soliste de l'English National Ballet qui exerce maintenant en tant que conseiller en danse et psychothérapeute au Royaume-Uni. Pour lui, aborder la peur et les défis est une question d'état d'esprit. Lorsqu'on lui demande ce qui cause ce moment de panique avant une étape difficile, il répond : "C'est une pensée, deux mots : 'Et si ?'"


De nombreux danseurs fonctionnent avec un niveau de base de perfectionnisme ou d'anxiété, surtout s'ils ont grandi dans un environnement d'entraînement particulièrement exigeant ou négatif. Mais si cette quête de la perfection peut nous aider à nous améliorer, elle peut aussi ajouter des barrières mentales à notre danse. "Votre état d'esprit informe votre réalité", déclare Terry Hyde. "Si vous vous dites qu'il y aura une erreur, alors invariablement il y en aura."


Si cette énigme vous semble familière, lisez la suite pour quelques conseils et pratiques pour lutter contre la peur et l'anxiété auto-sabotantes.



C'est OK de faire des erreurs


En tant que jeune étudiant, le danseur du Charlotte Ballet Maurice Mouzon Jr. avait l'habitude de lutter contre la timidité. Aujourd'hui, il s'est forgé la réputation d'être l'un des danseurs les plus intrépides de la compagnie, grâce à un « état d'esprit de croissance » sain. (Un état d'esprit de croissance se concentre sur des progrès constants au fil du temps plutôt que de croire que vous êtes simplement "bon" ou "mauvais" dans quelque chose.)


MAURICE MOUZON JR. (AU PREMIER PLAN) AVEC LES MEMBRES DU CHARLOTTE BALLET DANS LA PETITE CÉRÉMONIE DE MEDHI WALERSKI. JEFF CRAVOTTA, AVEC LA COURTOISIE DU CHARLOTTE BALLET


Tina LeBlanc, maître de ballet au San Francisco Ballet, fait écho à cette pensée. "Beaucoup de danseurs, moi y compris, ont peur d'être perçus comme incompétents ou imparfaits. Mais le studio est un espace sûr, et c'est l'endroit où explorer. La pratique et l'exploration, explique-t-elle, sont essentielles, tout comme accepter qu'il n'y a pas de mal à ce qu'une étape ou une phrase ne soit pas encore tout à fait là. Avec le temps, ce sera le cas.



Construire un arsenal


Avec la technique, ce qui fonctionne un jour peut ne pas fonctionner le lendemain. Au lieu d'être frustré, essayez de changer votre approche. "Lorsque vous passez une étape délicate", explique Tina LeBlanc, "vous avez besoin de tout un arsenal de manières de l'aborder." Par exemple, essayez de réfléchir à ce que divers professeurs ont donné comme corrections, ou essayez de vous concentrer sur différentes parties du corps (votre jambe d'appui, le côté qui se ferme, les bras, etc.) et réfléchissez à différentes façons d'engager ces muscles également. Une résolution positive des problèmes et une volonté d'essayer de nouvelles choses peuvent aider à apaiser l'anxiété face aux étapes les plus difficiles.


TINA LEBLANC (À GAUCHE) ET SASHA DE SOLA RÉPÉTENT "LE LAC DES CYGNES" D'HELGI TOMASSON. ERIK TOMASSON, AVEC LA COURTOISIE SFB



Soyez votre propre cheerleader


Vous pouvez facilement programmer des peurs et des doutes dans vos pensées lorsque vous luttez constamment avec certaines étapes ou chorégraphies. Mais ruminer sur le passé vous empêche de reconnaître votre croissance et vos progrès actuels. Terry Hyde encourage les danseurs à prendre l'habitude de se parler sainement. "Visez l'excellence, pas la perfection, et dites-vous que vous pouvez le faire", dit-il. Dites "C'était alors. C'est maintenant, et c'est totalement différent. Je suis assez bon.’”


Un discours intérieur sain ne consiste pas à se vanter ou à être égocentrique; il vous aide à vivre dans le présent, à renforcer la confiance en vous-mêmes, des compétences essentielles pour relever les défis à l'intérieur et à l'extérieur du studio.



Le voir pour l'être


De nombreux danseurs, y compris Tina LeBlanc au cours de sa carrière d'interprète, utilisent la visualisation pour aider à convertir l'anxiété en énergie productive. Lors de ses séances avec ses clients, Terry Hyde donne cet exercice : il demande aux danseurs de fermer les yeux et de s'imaginer en train de faire le pas au mieux de leurs capacités, les encourageant à se sentir excités et fiers à son achèvement. Cette pratique, qui peut être répétée aussi souvent que nécessaire, consiste à «réécrire la mémoire», dit-il, en remplaçant les pensées anxieuses habituelles par une nouvelle excitation et des images que vous pouvez utiliser à l'avenir.


Pour Maurice Mouzon Jr., la visualisation est légèrement différente. Avant de tenter une étape difficile, dit-il, "pensez à quelque chose qui vous rend excité, comme un aliment ou une activité préférée." (Son exemple préféré ? Un cheeseburger.) Cette pratique lui donne une bouffée de positivité qui l'aide à surmonter la panique et la réflexion excessive.


MAURICE MOUZON JR. JEFF CRAVOTTA, AVEC LA COURTOISIE DU CHARLOTTE BALLET



Danser temporairement à la place de quelqu'un d'autre


À l'approche d'étapes ou d'une chorégraphie inconfortables, Tina LeBlanc faisait parfois semblant de l'exécuter comme quelqu'un qu'elle admirait. (Par exemple, vous pourriez imaginer les fouettés de Sofiane Sylve ou les gargouillades éblouissantes de Patricia Wilde.) Canaliser les forces des autres, explique-t-elle, peut aider les danseurs à réduire temporairement leurs insécurités.


En même temps, cependant, Terry Hyde dit qu'il est important de cultiver votre individualité. "Si vous travaillez sur votre unicité", dit-il, "vous développerez la confiance nécessaire pour dire "je sais que je vais bien "."



Trouver la joie


Enfin, rappelez-vous pourquoi vous aimez danser, qu'il s'agisse de vous perdre dans la musique, le personnage ou la chorégraphie. "Ne vous inquiétez pas de ce que les autres ont à dire", dit Maurice Mouzon Jr. "N'oubliez pas que la danse est censée être amusante et que vous devez l'apprécier. C'est pourquoi nous le faisons !"


Tina LeBlanc se souvient avec émotion de sa performance d'adieu avec le San Francisco Ballet, partageant comment sa décision de laisser tomber les attentes et de s'amuser a fait toute la différence. "J'aurais aimé aborder chaque performance comme ça", se souvient-elle, "parce qu'en fin de compte, quand vous appréciez quelque chose, peu importe si vous ratez une pirouette ou si vous tombez. Tu étais heureux!"


Source Pointe Magazine

23 vues0 commentaire
  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter
  • TikTok