top of page

Le sur-étirement est-il mauvais ?

De nombreux professeurs de danse, parents inquiets et professionnels de la santé sont aux prises avec la quantité d'efforts extrêmes qu'ils constatent dans le monde de la danse aujourd'hui, en particulier en ligne. Chaque jour, nous voyons des images d'étirements dont nous savons qu'ils doivent être dangereux, mais les élèves qui les font sont souvent performants à un niveau élevé et remportent des compétitions.

Les professeurs de danse qui évitent de trop s'étirer et pêchent par excès de prudence, évitant des choses telles que les dépassements en seconde ont souvent l'impression d'être laissés pour compte et font face à la pression des élèves et des parents pour "évoluer avec le temps".

Au lieu de cela, nous devons « évoluer avec le temps » et commencer à appliquer toutes les informations étonnantes que nous avons issues de la recherche actuelle et transformer les habitudes d'entraînement à la flexibilité des danseurs et autres artistes de la scène dans le monde entier.

J'ai gardé le silence sur ce problème particulier pendant un certain temps parce que j'ai toujours essayé de me concentrer sur le positif plutôt que de critiquer, mais certaines des choses que j'ai vues récemment en ligne deviennent ridicules. On me demande aussi de plus en plus souvent des conseils pour améliorer sa souplesse, ses performances, ... Alors voici mes quelques observations :


Alors, le sur-étirement est-il mauvais ?

Le simple fait que tant de gens me posent cette question semble indiquer qu'ils savent que ça l'est... Mais pourquoi est-ce mauvais ? Et que pouvons-nous faire pour toujours atteindre une mobilité incroyable sans risque inutile de dommages ?

Juste pour clarifier - je n'ai aucun problème avec la mobilité extrême lorsqu'elle est réalisée en toute sécurité et combinée avec le contrôle approprié. Cependant, nous devons nous concentrer sur la réalisation de cet objectif grâce à des moyens éduqués et intelligents, afin d'éviter tout problème potentiel.

Le niveau de performance dans tous les styles de danse s'est incroyablement accéléré au cours des dernières années et, à ce titre, les techniques d'entraînement pour le soutenir ont radicalement changé. Malheureusement, cela signifie que nous avons une connaissance limitée des effets à long terme de ces techniques et de nombreuses personnes sont à juste titre préoccupées par ce qui se passe.

Alors que d'autres disciplines telles que la gymnastique rythmique et la contorsion pratiquent des étirements et des entraînements extrêmes depuis des années, il existe encore peu de recherches formelles sur les effets à long terme de ce type d'entraînement sur les danseurs.

S'il est vrai que certains corps survivent à un entraînement comme celui-ci, il y a un taux d'usure et de blessures énorme en cours de route, et de nombreuses personnes préconisant un entraînement extrême n'ont aucune idée des problèmes à long terme qu'ils peuvent causer.

Chaque jour, je vois des personnes (dont moi) souffrant de blessures anciennes subies par des étirements excessifs, des extensions répétées et des articulations excessivement mobiles et instables. Malheureusement, la réadaptation lente et difficile que tant de gens doivent suivre pour pouvoir vivre une vie normale et sans douleur n'est pas fun et n'obtient donc pas la couverture que les photos et vidéos de performances impliquant une flexibilité extrême font.

Alors, qu'est-ce que le « sur-étirement » ?

L'opinion générale est que le sur-étirement consiste à amener une articulation au-delà de sa position physiologique naturelle, et en particulier à étirer les ligaments qui aident normalement à soutenir l'articulation, de sorte qu'elle devienne plus mobile. Un étirement excessif peut également se produire lorsque l'individu est forcé dans une position, ce qui entraîne des dommages traumatiques aux tissus qui restreignaient auparavant la portée.

De nombreux jeunes danseurs, en particulier ceux qui ont déjà une hypermobilité, sont placés dans des positions qui surchargent un domaine particulier, dans leur désir d'atteindre des seuils de flexibilité spectaculaires. Je suis tellement triste que tant de gens pensent que c'est une bonne idée et un excellent divertissement, alors qu'ils n'ont aucune idée du véritable coût.

En tant qu'ancienne danseuse professionnelle, on me pose constamment des questions telles que :

  • Quels sont les risques d'un étirement excessif ?

  • Elle a l'air d'apprécier ! Si ça ne lui fait pas mal, c'est sûr que ça va.

  • Y a-t-il des dangers à trop s'étirer chez les jeunes étudiants?

  • Comment savoir s'ils s'étirent trop ?

  • Elle veut être danseuse professionnelle; n'est-ce pas juste une partie obligatoire de l'entraînement ?

  • Quel est l'effet à long terme sur les hanches, le dos et les genoux de ces danseurs lorsqu'ils passent de jeune passionné à professionnel, à enseignant ou à une personne « normale » essayant de mener une vie saine ?

  • Existe-t-il un autre moyen d'atteindre le même niveau de mobilité en toute sécurité ?

  • Est-ce que l'étirement PNF est OK ?

  • Pourquoi certaines personnes peuvent-elles le faire facilement et d'autres pas ?

Pour répondre à ces questions aussi clairement que possible, j'ai mis quelques brèves explications ci-dessous pour illustrer les dangers potentiels du sur-étirement.


1. Quels sont les risques de sur-étirement ?

Si une articulation, telle que la hanche, est poussée au-delà de son amplitude de mouvement normale, il existe un risque d'endommager les tissus environnants, y compris les ligaments qui entourent l'articulation ou, dans le cas de la colonne vertébrale, les disques qui nous donnent la capacité d'absorption des chocs et de mobilité vertébrale.

Chez les jeunes danseurs dont les os ne sont pas complètement développés, il existe également un risque sérieux d'endommager la forme de l'orbite de la hanche ou de développer des fractures de stress vertébrales ou un spondylolisthésis.

Cette image radiographique est celle du bassin d'un danseur de 10 ans, montrant l'absence normale de fermeture de la plaque de croissance à travers l'orbite de la hanche à cet âge. Les étirements extrêmes peuvent avoir un impact irréversible sur les jeunes hanches.

À long terme, les articulations trop étirées comportent un risque plus élevé de développer des pathologies arthritiques en raison de l'usure du cartilage.



2. Elle a l'air d'apprécier ça ! Si ça ne lui fait pas mal, c'est sûr que ça va ?

Non.

Ma réponse à cette question est généralement...

"Est-ce qu'elle prend du poids la première fois qu'elle mange une barre de chocolat ? (Non...) Est-ce qu'elle aime ça ? (Oui...) La laisseriez-vous en manger 5 fois par jour ? (Non !) Que pensez-vous qu'il se passera si elle obtient plusieurs milliers de "likes" à chaque fois qu'elle en mange un... ? (Oh... Wow... Ok...)

Il y a un effet cumulatif des dommages subis en raison d'un étirement excessif. Au fur et à mesure que les ligaments conçus pour soutenir chaque articulation se relâchent de plus en plus à cause d'un étirement excessif, le déplacement interne des surfaces articulaires les unes contre les autres augmente. Cela contribue énormément non seulement à la douleur dans les muscles qui tentent de soutenir l'articulation instable, mais aussi à l'usure à long terme du cartilage à l'intérieur de l'articulation, entraînant une dégénérescence précoce des articulations.


3. Y a-t-il des dangers à commencer des étirements extrêmes chez les jeunes danseurs ?

Oui.

On a la preuve par rayons X des dommages qui peuvent être causés aux jeunes hanches par des étirements agressifs. Les os des adolescents (en particulier dans le bassin, la colonne vertébrale et le pied) sont très vulnérables et tout type d'entraînement à la mobilité extrême chez les jeunes étudiants doit être très soigneusement envisagé.

L'image incluse ici est celle de la même jeune danseuse, 4 ans plus tard que la première radiographie. Des lésions sévères au sommet de l'articulation lui causent maintenant une douleur considérable et elle a nécessité une chirurgie de resurfaçage.



4. Elle/Il veut devenir danseur professionnel ; est-ce que ce n'est pas essentiel ?

Non. Et encore une fois, cela dépend du genre de danseur qu'ils veulent être.

Être danseur professionnel dans la plupart des styles nécessite un bon niveau de souplesse, mais cela doit également s'accompagner d'un haut niveau de force et de contrôle des hanches et d'un contrôle dynamique de la colonne vertébrale pour pouvoir avoir une carrière longue, durable et agréable.

Par exemple, si votre objectif est d'être une ballerine classique, être capable de faire une 'needle' ou un 'back scorpion' quand vous avez 12 ans ne fait pas partie de l'ensemble de compétences requis, et sera très probablement préjudiciable en raison de trop de sollicitation d'une articulation. Cependant si vous voulez être un artiste de cirque acrobatique alors ce sera plus pertinent.



5. Quel sont les effets à long terme sur les hanches, le dos et les genoux de ces danseurs lorsqu'ils passent de jeune danseur passionné à une carrière de professionnel, à enseignant ou à une personne « normale » essayant de mener une vie saine ?

Une mobilité excessive dans n'importe quelle articulation nécessite un contrôle plus fin et coordonné des muscles stabilisateurs qui l'entourent et nécessitera une énorme quantité de dévouement aux exercices de «rééducation» pour rester sans douleur.

Il est essentiel que les danseurs aient un bon contrôle postural et une bonne endurance, et passent du temps à garder chaque articulation en bonne santé pour éviter la douleur associée à une mobilité excessive et à la dégénérescence articulaire. Sans cette force et cette articulation, les individus souffrent souvent de douleurs au dos et à la hanche à long terme qui peuvent être très difficiles à traiter en raison de l'instabilité des articulations.


6. Existe-t-il un autre moyen d'atteindre le même niveau de mobilité en toute sécurité ?

Oui.

En termes simples, je considère que s'étirer à l'extrême est le moyen le plus lent et le plus dangereux d'y arriver. Cela engage souvent une contraction réflexe, causant potentiellement des dommages aux tissus mous (ou ligaments/capsulaires). Au lieu de trop étirer et de forcer les jeunes corps, je préconise de tester cet 'étirement', en analysant ce qui cause réellement la restriction, puis faisant effectuer des mobilisations et des libérations spécifiques par un kiné ou ostéopathe. Ensuite, lorsque le mouvement est réessayé, c'est beaucoup plus facile. Tout cela peut être fait sans douleur ni risque d'endommager les muscles ou les ligaments.

Travailler correctement avec le système fascial peut également donner d'énormes augmentations de mobilité sans risque de dommages. Notre compréhension de la nature du fascia a explosé de façon exponentielle au cours des 20 dernières années, et cela ne signifie plus utiliser de manière agressive un rouleau en mousse ou un massage des tissus profonds. Les mobilisations fasciales telles que les mobilisateurs thoraciques et les mobilisateurs des ischio-jambiers peuvent sembler très faciles à faire, mais peuvent avoir un effet profond sur votre mobilité.

Par exemple; une recherche Google sur le mot "Fascia" en 2001 a donné environ 1500 entrées. Recherchez ce mot maintenant et vous obtiendrez "environ 48 000 000"... ! Il est essentiel que nous mettions à jour nos techniques d'entraînement pour "évoluer avec le temps" et utiliser cette nouvelle recherche étonnante de la meilleure façon possible.

Les danseurs doivent apprendre à travailler avec leur propre corps et à être sympathiques avec ses caprices plutôt que de le combattre, ce qui se traduit par une plus grande flexibilité, avec beaucoup moins de risques de blessures.


7. Est-ce que l'étirement PNF est OK ?

Non, pas chez les adolescents.

Alors que de nombreux adultes trouvent que les étirements PNF ou Contract / Relax sont un moyen efficace d'augmenter leur mobilité, je ne pense pas que cette technique doive être utilisée chez les étudiants de moins de 16 ans. . Un étirement agressif pendant les périodes de croissance peut entraîner des fractures par avulsion (où un fragment d'os est arraché de l'os principal). Ces blessures sont souvent difficiles à réhabiliter et nécessitent souvent une longue période d'arrêt de la danse.


8. Pourquoi certaines personnes peuvent-elles le faire facilement et d'autres pas ?

Physiologiquement, nous sommes tous différents. Certaines personnes ont naturellement plus de mobilité dans leurs ligaments que d'autres et trouveront plus facile d'adopter certaines positions. Souvent, ceux qui trouvent cela facile ont le plus besoin de soins, car leurs ligaments seront moins résistants à long terme.

Je vois de nombreux danseurs publier en ligne des photos de leur mobilité excessive et je soupçonne qu'ils ont le syndrome d'Ehlers-Dalos non diagnostiqué. Si un danseur a cette condition, il est encore plus important de s'assurer que sa formation n'étire pas trop ses tissus déjà faibles.

Les classifications varient, mais il est important que tous les enseignants connaissent les différences entre les éléments suivants :

Les personnes ayant plus de mobilité dans leurs articulations auront souvent plus de mal à maintenir une bonne position posturale, ce qui entraînera des douleurs constantes dans les muscles du bas du dos et du cou. Les personnes atteintes du syndrome d'hypermobilité articulaire ou du syndrome d'Ehlers Danlos peuvent également avoir des problèmes de vessie et d'intestin car tout leur tissu conjonctif est affecté.


En conclusion:

Si vous êtes impliqué dans la formation de jeunes danseurs, il est très important d'être conscient des dangers potentiels qui existent et de comprendre que la formation de jeunes adolescents est différente de la formation d'adultes. Il est de notre responsabilité de leur apprendre les moyens les plus sûrs d'atteindre leurs objectifs, ainsi que de les éduquer sur la pertinence de leurs objectifs par rapport à la carrière qu'ils ont choisie.

Je suis très inquiète de ce qui se passe dans certaines "master classes" et ateliers où des enfants moyens sont contraints à des positions, avec la promesse que cela les rendra célèbres - alors qu'en réalité, cela risque davantage de les blesser. Un étirement excessif en une seule séance n'est pas le moyen de devenir plus mobile.

Au cours de l'étirement, une mobilité articulaire excessive est différente d'une excellente flexibilité et n'est pas une exigence pour réussir en tant que danseur professionnel. Nous devons considérer les danseurs comme des êtres humains avec tel potentiel, pas seulement comme des poneys performants et jetables.

Je peux dire avec certitude que si j'avais eu la chance de connaître tout cela à l'époque de ma formation professionnelle, et malgré que je sois hyperlaxe et donc avec des facilités, je n'aurais certainement pas mis son corps en danger à ce point!

Je ne souscris pas non plus à la suggestion selon laquelle être à un niveau d'élite doit entraîner des dommages à long terme ! L'accent devrait être mis sur des carrières longues et durables, où le corps est continuellement perfectionné, affiné et spécifiquement entraîné pour atteindre le niveau de performance ultime. Cela en fait un être humain exceptionnellement performant au-delà de sa carrière d'interprète. Cela prend du temps et des efforts, mais les résultats en valent la peine.


J'espère que tout cela a du sens et répond à toutes les questions qui ont été posées. Je continuerai à ajouter des articles sur ce sujet.

Je suis désireuse d'entendre vos commentaires et surtout, n'hésitez pas à me faire part de sujets que j'aurais pu manquer !


Source : http://www.theballetblog.com/

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page